Elle et moi, on cohabite

12 février 2012

Et c'est reparti...

Comme je vous l'ai dit dans l'article précédent, je vivais mon année tranquillement... enfin, comme une étudiante quoi: fac, boulot, soirées, basket (ah oui, j'ai oublié de préciser que je joue au basket depuis l'age de 13 ans), une vie bien remplie, comme on les aime pour les gens hyperactifs comme moi.

Avec ça, j'arrivai a vivre ma relation avec mon copain, pas difficile quand on sait que je voyais celui-ci une fois par semaine, le mercredi aprem alors que j'étais censée être en cours. Oui, il était en prépa, le week-end nous ne pouvions pas nous voir car il devait "travailler ses cours". Au lieu de ça il passait son temps libre sur wow (c'est moi qui ait eut le malheur de l’initier car j'aimais beaucoup ce jeu... pauvre de moi). Alors forcément on se sent délaissé, on se remet en question et on en peut plus. On a beau essayé de lui faire comprendre il ne voit pas le mal alors je me lance et me sépare de lui. Dure décision, mais qui arrive à un moment où tout va être chamboulé: je me réoriente, pour m'engager dans des études de commerce. Alors commence le stresse.

Stressée de nature, je suis nerveuse et peut m'en faire pour pas grand chose. Mais à ce moment là je cumul les sources. Je viens de rompre, je n'arrive pas à me détacher et lui a besoin de réponses à ses questions. Alors je suis là pour lui, et soyons francs, pour moi aussi. Puis je me demande si je vais être prise en DUT. A cela vous ajoutez des heures et des heures en caisse car comme les cours à la fac son finis, on est réquisitionnés pour combler les trous. Et bien évidemment, je sort. Il faut pouvoir se libérer l'esprit en faisant la fête! Les jours passent et petit à petit je commence à avoir des diarrhées. A aller plusieurs fois aux toilettes. Au bout d'une dizaine de jours horreur, du sang dans les selles!! Je me remet à la diète, mais suis toujours aussi stressée. Je dors mal, je suis fatiguée.

Le 28 juin 2010 je vais au boulot, avec des douleurs abdominales, une très grosse fatigue: Je suis molle, pas bien, je vais donc voir mon patron pour lui demander de rentrer chez moi. Il tic un peu mais me laisse quand même partir. Soulagée je me dis que ça va aller mieux, je vais me reposée et tout va rentrer dans l'ordre. Je rentre, ma mère s'inquiète de mon état et me conseil donc d'essayer de dormir. Je lui dis que je vais essayer mais je n'arrive jamais a dormir et encore moins devant la TV. Je crois que depuis que je n'ai plus l'âge de faire la sieste, je n'ai pas réussi à en faire. Et là je tombe. Je dors deux heures, à ma grande surprise, mais je suis toujours aussi fatiguée. Je suis vidée, épuisée. Je vais aux toilettes, je fais toujours du sang et je sent que je suis faible.

Le soir arrive je vais au lit. Je dors, puis je me réveil, je vais trois, quatre, cinq fois aux toilettes dans la nuit. Mais j'ai arrêté de compter. Alors ma mère appel le médecin, elle lui explique la situation (ma maman est auxiliaire de puériculture en réanimation. Elle voit les cas les plus aggravés et connait les conséquences de certains symptômes. De ce fait elle détecte assez bien ce qui est anormal). Après avoir discuté, le médecin décide de m'envoyer aux urgences. Moi, sans doute un peu naïve je me dits: aux urgences?! C'est un peu excessif pour une petite diarrhée!! Alors à contre cœur j'y vais. Après tout, ils vont voir qu'il n'y a rien d'alarmant et demain je serais sur pieds pour aller faire les soldes!! (ils commençaient le 30).

J'arrive, on me fait patienter peu de temps. Je vais dans une salle, on me demande de me déshabiller pour me mettre en blouse. On prend ma tension: 8, on me fait une prise de sang et une perfusion (je déteste les aiguilles, je les ai évitées jusque maintenant et je n'étais pas psychologiquement prête à les aimer!). Bref, on me fait patienter dans un brancard parce qu'on attend les résultats de l'analyse de sang." Il faut environs 4h" disent les infirmiers," vers 13h vous les aurez!" Youhou! A 13h voir 13h30 pour les formalités je serais libre!!

On s'approche de l'heure et là, envie d'aller aux toilettes. Avec la perfusion, pas facile. Je n'en avait jamais eut, rien que le fait de me lever avec ce truc planté dans mon bras me donnait la nausée! Imaginez ma tête quand l'infirmière m'a dit que je devais y aller avec!! Je me lève et la, horreur, je vois du sang dans le tuyau de la perfusion!! Je demande si c'est normal on me dit: "oui, c'est un simple retour" mais je me sent pas bien, je suis aux toilettes, j'urine mais je sent que mes oreilles bourdonnent. Je sort en vitesse après m'être pressé de faire mes besoins, l'infirmière me dit de me laver les mains, j'y vais mais je vois de moins en moins, j'entends de loin. On se presse vers le brancard, je l'entends me dire "regardez droit devant vous, ça va aller mademoiselle!! Est ce que quelqu'un peut m'aider? J'y arriverai pas toute seule" et là trou noir, je me réveil en plein milieu de la pièce des brancard, couchée au sol, avec trois personnes autour de moi. On me porte dans le brancard et on me laisse reprendre mes esprits. On en a rigolé juste après avec ma maman, mais j'avoue que j'ai passé un mauvais moment. L'infirmière revient voir si je vais bien, on lui demande quand est-ce qu'on aura les résultats, elle me dit bientôt, je lui dit que c'est cool parce que j'ai hâte de rentrer chez moi et là elle me répond: euh non mademoiselle, on est en train de préparer une chambre pour vous en médecine interne...

 

Ma réaction? : Comment ça une chambre? Pourquoi on va me garder? Eh bien, les saignements que vous avez signalés et votre tension basse laissent penser que vous n'avez pas une simple gastro. A ce moment là je me demande ce qu'il m'arrive. Je suis dans le déni totale, pour moi tout va bien et je suis obligée de rester à l’hôpital!! En plus le comble, je ne vais pas pouvoir aller faire les soldes et acheter ces magnifiques ballerines rouge Kookai pour lesquelles je bave depuis des mois!! 

Alors je goûte à la première nuit à l’hôpital. Génial!! On dort pas bien, il fait chaud, je suis seule avec la TV et mes toilettes, oui parce que les envies ce font de plus en plus fréquentes et pressantes. Alors je rumine dans mon coin.
Le lendemain je me réveil, enfin on me réveil à 6h: prise de sang, on vous amène le petit dej, hop hop hop levez-vous je vais refaire votre litt Woh! j'ai envie de crier stop là!! Je suis révoltée, en plus j'apprends que mon ex est avec une amie a Troyes pour le jour des soldes!! A Troyes!! A 300km de chez nous alors que je suis a l’hôpital, qu'on est allés au cinéma le 27 juin (nous sommes le mercredi 30) qu'on s'est embrassés, qu'on est allés au resto, que je lui ait dit que je ne savais pas où j'en était dans notre relation!! C'était vraiment la journée!! Ah non, arrive le mieux une fois les médecins passés dans ma chambre: on va vous faire une analyse des selles (jusque là tout va bien) puis une rectosigmoidoscopie vendredi et peut-être même une coloscopie le 13 mais je vous redirais ça. Okééé et c'est quoi une recto je sais pas quoi là? Alors on m'explique. Abattue, je me dits que si ça peut leur faire plaisir, alors qu'ils y aillent...

Finalement l'intervention se passe plutôt bien, l'infirmière est particulièrement gentille. Elle me rassure, me dit que c'est pas très agréable et que ça peut faire mal, mais qu'elle sera là tout le long. Le médecin arrive dans la pièce je suis couchée sur le côté fasse à une TV, je vois un tuyau noir et je me dit mais mon dieu qu'est ce que tu fais là?! "Ah mademoiselle!! Il y aura une interne avec nous, ce sont des filles, elles assistent à l'intervention pour voir comment ça se passe": super, mon cul est la porte ouverte à tout le monde maintenant!! Elle est jeune, je lui sourie, par politesse, et d'un air de lui dire: sors moi d'ici!!!

Le médecin enfile les gants et c'est parti: "je vais vous faire un touché rectal, on ne sent pas de lésions au niveau de l'anus, il me semble plutôt souple, tout à l'air normal" a peine le temps de dire ouf il avait déjà fait et dit tout ça! "Je vais maintenant passer le scop" alors je ferme les yeux, je veux pas voir c'est horrible, je suis trop sensible je vais m'évanouir!! Le médecin parle, je sais pas si c'est à lui, à moi, à l'interne mais aucun mot bizarre ne sort de sa bouche. Tout semble normal mais on fait des biopsies pour analyser les parois de l'intestin de plus prêt. Ça fait mal!!!! Mais lui ne juge pas de la même façon, selon lui "ça pique un peu". Lui c'est bon, ça va pas être mon ami! Puis toute manière je veux pas d'amis ici. Je vais rentrer à la maison, me reposer et ça va aller!!

Le soir, (17h, parce que vous comprenez à l’hôpital on mange à 18h, surtout quand on est dans un service où la moyenne d'âge est d'environs 70ans!) les médecins passent pour me dire que rien n'avait l'air anormal, que je continue ma diète, que je prenne deux sachets de smecta trois fois par jours (QUOI? il est vraiment fout lui!!! Il va me faire mourir à avaler ça!!) et du spasfon. Ah et repos, pas de travail pendant 1 mois! (le monde s'effondre, je vais perdre de l'argent et je vais mettre en galère toute l'équipe caisse)

Finalement je rentre chez moi épuisée, toujours aussi vidée, avec de moins en moins d'appétit, de plus en plus envie de dormir et de plus en plus envie d'aller aux toilettes... Mais qu'est ce qui ce passe?!

Posté par vivre avec elle à 23:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le commencement

Nous allons nous plonger quelques années auparavant. J'avais alors 20 ans fraîchement fêtés. C'était formidable, j'avais la jeunesse, un boulot d'étudiante en tant qu'hôtesse de caisse, un petit ami formidable, des amis, je sortais, faisais la fête, m'amusais, riais a n'en plus pouvoir.... La belle vie, la vie de tout étudiant! A l'époque, j'étais en licence d'espagnol (je suis bilingue, née d'une mère espagnole, un dossier scolaire pas terrible, j'ai donc choisit la facilité) première année validée! Youhou! Alors arrivent mes vacances, après un mois de soldes en caisse, elles arrivaient au top!!

Mes parents étaient partis en Espagne, je vivais la belle vie avec mon chéri, on était bien tous les deux à la maison! Puis comme nous fêtions nos un an, nous sommes allés à Paris, puis à Disney. C'était extra, magique, tout ce dont on rêve quand on est en plein conte de fée. Mais, il y a toujours un "mais" voilà, on arrive à l'hôtel et là, le glamour est de mise, grosse envie d'aller aux toilettes. J'y vais deux, trois, quatre fois... Je suis exténuée mais bon pour moi c'est normal, j'avais enchaîné des semaines de 30h en caisse, avec un périple pour Paris où nous avons beaucoup marché et mal mangé (quand on est étudiant, on privilégie les sandwich triangles aux bons menus gastronomiques). Tant pis, j'ai quand même profité de ces moments, même si à Disney les douleurs abdominales se faisaient sentir à chaque manèges. Malgré ces désagréments nous avons passé un super séjour et mon copain a été suffisamment compréhensif pour ne pas m'en vouloir de ne pas être au top de ma forme.


Le jour suivant mon retour, j'ai enchaîné la voiture direction l'aéroport pour m'envoler vers l'Espagne! J'allais enfin me reposer!!! Super! Je revois ma famille, mes amis, ma maman me trouve "palote" et je lui dit que depuis quelques temps je ne suis pas en forme et que je vais beaucoup aux toilettes. Elle me dit de me reposer, que ça va aller mieux. Ce que je vais faire!! Et ce qui ne va pas arranger la chose! Le jours suivant mon retour, à nouveau prise d'envie d'aller aux toilettes je m'aperçoit qu'il y a du sang dans mes selles. Horrifié j'en fait état à ma mère qui me dit de manger des féculents et des bananes en attendant que ça passe, c'est peut-être une gastro qui a irrité l'intestin.

Alors je me lance dans mon régime, mais la fatigue est toujours présente. Rien à faire, je ne me débarrasse pas de ça. La feria arrive (ce sont 5 jours de fête, de jour et de nuit. On a l'occasion de boire, de se réunir tous dehors, d'admirer des costumes magnifiques...bref, l'Espagne) et trop épuisée, je ne sort pas, je reste tranquillement dans la maison de ma tante à me reposer. Je suis déçue, je ne comprends pas ce qui m'arrive mais je me dit que ça va passer, que j'ai vraiment besoin de me reposer et que tout rentrera dans l'ordre.


Je rentre alors en France, nous allons consulter mon médecin qui pense aussi à une gastro qui a irrité l'intestin. Elle me prescrit quand même un RDV chez le gastroentérologue, et me demande de continuer le régime, en prenant quelques médicaments incontournables tel que le Smecta!!

Je suis à la lettre ses conseils, au bout de 10 jours tout rentre dans l'ordre, plus de sang, plus de selles liquides, l'énergie me revient. Ouf! Ce n'était qu'une passade, du coup je ne vais pas chez le gastroentérologue, ça devait être une bactérie.... Je continue ma vie tranquillement, en entament la deuxième année de licence, avec mon job étudiant, mes amis, mon copain, tout va pour le mieux.

Posté par vivre avec elle à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Introduction

Nous sommes le 12 février 2012 et ne sachant plus quoi faire pour tenter de penser à autre chose qu'à ma maladie, je décide de me lancer dans la rédaction d'un blog. Une sorte de mémoire, de livre ouvert concernant ma propre personne.

Ce que je vais écrire ici va sûrement émouvoir, blesser, faire rire. Je vais probablement me faire des ennemis, mais aussi des amis. Qu'à cela ne tienne, j'ai besoin d'exprimer ce que je ressent, de l'écrire. Je ne sais pas encore si je vais le montrer à mes proches, leur dire que j'ai entrepris cette démarche. Pour le moment j'ai besoin de faire état de ce qui m'est arrivé, ce qui m'arrive et ce qui risque de m'arriver.

C 'est donc de ma vie dont je vais vous parler, cette vie qui a été chamboulé par l'apparition d'une maladie nommée RCH.Allez savoir si c'est le besoin de parler de cette maladie, ou bien l'envie qu'on se centre un peu plus sur moi ou bien même, un passe temps momentané. Si ça se trouve dans 15 jours vous n'aurez plus de nouvelles de moi, et peut-être même que personne n'aura lu ce que j'écris à cette heure-ci. Mais peut importe, au moment où je vous écrit j'en ai besoin.

Oui, bien entendu, je vous expliquerai plus tard ce qu'est la RCH. Mais patience, encore quelques petites lignes et je suis à vous. Je tiens avant cela m'excuser pour la syntaxe qui sera plus que médiocre, ainsi que l’orthographe, le manque de structure dans mes pensées, le côté "brouillon" que vous ressentirez. Je ne suis pas née hélas avec les talents de Molière, mais je vais faire de mon mieux pour essayer de ne par heurter nos amis littéraires et passionnés de la langue française qui me liront. Promis, je vais faire de mon mieux!

Bon, eh bien je crois que tout est dit, je vais donc me lancer dans l'écriture de mon histoire.

Bien à vous chers lecteurs

 

 

 

Posté par vivre avec elle à 19:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]